Lugares Comunes

Désolé, cet article n’est pas encore disponible en français.
En attendant, vous pouvez toujours le lire en English ou en Español.

Luce + Eltono
SET Espai d’Art

Plaza Miracle del mocadoret 4, Valencia, Spain
November 13th 2015 – January 12th 2016

lugars-comunes-luce-eltono

“Lugares Comunes” was my first collaboration with Spanish artist Luce. We worked during three weeks on four installations based on observations and experiences we had around the city of Valencia.

1 – Escalera Butrón (break-in ladder):

This piece is about making holes in abandoned plot walls so we can facilitate the access to their interior. The holes were punched following a zig-zag pattern so that they could be used as a ladder. We used hammers and chisels and the holes came out irregular because they were made quickly and illegally. The size had to be big enough so a foot could fit in it. In the gallery, we showed five full scale “break-in ladders” made of wood. They were exact life size replicas and included the same shape, dimensions and arrangement for each hole. Reproducing the holes in wood had to be done rigorously and required precision and accuracy, which was a direct contrast to the way the holes were randomly produced on the street with a hammer and a lot of adrenaline.

2 – Periscopio (periscope):

This is a hollow omega shaped structure we build to be placed on top of deserted plot walls. Inside, a set of mirrors allowed us to literally see through the wall. We attached wheels so the artifact could be moved horizontally offering the viewer a proper exploration of the inside of the plots. In the gallery, we built a wall to support the periscope and showed a video of how people used it to see through different walls around the city.

3 – Asientos Acondicionados (seat conditioner):

All around the city, we observed a lot of unused L shaped brackets on places where an air conditioning unit used to be installed. We decided to exploit them to install a seat. The seat and the backrest leaned on the L squares mounted on the facade of the buildings. For the exhibition, we installed L brackets to set-up one chair and we showed four photographs of one of us sitting on it. These self-portraits served as a witnesses to the performances in the street as well as an opportunity for the public to see the artists enjoying the devices as they contemplate the city from a novel point of view.

4 – Compas (compass):

We used eight wood sticks of different lengths with a hole drilled on one side and a wax crayon attached to the other. In the street, we looked for unused screws coming out of the walls to hang them. These screws became center points to draw curves playing with the restrictions imposed by the position of the screw, the size of the stick and the surrounding elements. Inside the gallery, we reproduced a real situation that we observed in the street formed by eight screws and used the sticks to draw lines on one of the gallery walls. We made eight small scale drawings on paper that serve as a proof of the completion of the mural.

Extras:

Additional actions we did during the preparation of the show. Experimentations that we didn’t show in the exhibition but that were part of the process.

 

Pictures of the show:

Aléas

Delimbo
C/Pérez Galdós nº 1 Acc., Séville, Espagne
8 octobre 2015 – 12 janvier 2016

Eltono-aleas-6

6 Lienzos (6 toiles) :

En travaillant autour de l’idée d’utiliser la rue comme atelier, j’ai imaginé un système d’impression qui utilise le passage des voitures pour générer des œuvres sur toile.

U.V. :

Pour cette expérimentation, je profite des rayons du soleil pour produire des impressions. Le procédé consiste à poser un cache en carton sur une feuille de papier peinte en couleur fluorescente et à placer le tout en plein soleil durant une période déterminée.

7 lignes passant par 4 points :

Exercice de peinture aléatoire – je peins 7 lignes construites chacune par 4 points reliés entre eux. Les coordonnées des points et l’ordre d’apparition des couleurs sont déterminés au hasard.

Punto de Encuentro (point de rencontre) :

Interventions sur des planches de bois trouvées dans la rue durant les allées et venues entre mon hôtel et la galerie. Chaque planche est modifiée par un ligne de coupe qui reproduit fidèlement le parcours que j’ai emprunté, la planche sous le bras, depuis l’endroit où je l’ai trouvée jusqu’à la galerie.

Collages :

Chaque collages est composé de la combinaison de 3 feuilles découpées de couleurs différentes et d’un fond de couleur jaune. L’expérience consiste à essayer les différentes combinaisons possibles en changeant l’ordre des papiers de façon qu’il n’y ai jamais deux collages identiques.

Verso :

Cette exercice est un comparatif non exhaustif de comment réagissent différent feutres sur différents papiers. Selon le grammage du papier et l’encre du feutre, le dessin apparait plus ou moins bien défini au dos de la feuille. J’ai tracé 91 versions d’un dessin modulaire et je les ai exposées en montrant à chaque fois le dos de la feuille.

Vue générale de l’exposition :

Texte de Guillermo López Gallego:

Eltono : Ce qui se trouve sous la plage

Je passe de longues périodes hors de Madrid. La dernière fois que j’y suis revenu, j’ai senti une pénétrante mélancolie en voyant les graffs en chrome de la M30 (le périphérique de Madrid – NDT), les portes recouvertes de tags, les lettres arrondies. J’ai senti une douleur que je connaissait déjà : dans chaque ville, le graffiti est une conversation et j’étais en train de perdre celle de ma propre ville.
Comme une marque de prétention, j’ai vu des pièces à Abidjan, Berlin, Bogota, Bruxelles, Buenos Aires, Zaragoza, Conakry, Freetown, Hambourg, Monrovia, New York, Paris, Panama, Portland, Santander, Saint-Pétersbourg, Seattle, Séville, Tallinn, Riga, Vilna… Mais je n’ai pas suivi ces conversations.
Et ceci est la première chose qui me vient à l’esprit quand je pense au travail d’Eltono.

*

Il semble qu’il existe deux façons d’écrire sur Eltono et son travail. Certains optent pour une approche historique. Ce qui peut déjà se trouver ailleurs, de la main propre d’Eltono dans son livre  Line & Surface. On le sait déjà : Otone, GAP (crew qu’Eltono mentionnait encore en 2009), les trains parisiens ; comment il est arrivé à Madrid en 1999 et comment il réagit à la saturation du centre-ville, c’est à dire, l’apparition d’Eltono, l’adoption d’une icône qui s’est affinée en adoptant une esthétique minimaliste, propre, simple et une technique dépurée sans aérosol.

Ensuite, il y a les histoires sur l’expérience d’avoir connu le travail d’Eltono dans les rues de Madrid. Je comprends l’air d’épiphanie qu’ont ces histoires car je me rappelle avoir passé l’été 2001 à la recherche d’Eltono sur les portes et grilles du quartier de Lavapies. Je me rappelle une peinture sur la caserne de Daoiz y Velarde en 2006, la première que j’ai vu en trois couleurs ; une autre vieillie a la fin de Cuatro Caminos en 2009. Il y a deux ans, j’ai découvert une ancienne pièce dans la rue Infantas, près de Colmenares, qui réapparaît périodiquement de sous les affiches annonçant fêtes et concerts.

J’ai pu apprécier, comme bien d’autres personnes, l’importance que joue le contexte dans l’œuvre d’Eltono, sa façon de souligner les textures de la ville et de magnifier et récupérer des espaces. Je ne crois pas que l’on puisse accuser Eltono de contribuer à la gentrification des endroits où il travaille ; connaissant sa respectueuse revendication de l’artisanat et la façon dont il travaille avec les communautés, je suis certain qu’il s’est déjà penché sur le problème.

J’ai aussi observé, en suivant son travail en musées et galeries, l’intelligence avec laquelle il a su transporter à ces contextes particuliers l’essence du travail de rue. Toute personne ayant vu les œuvres d’atelier de Blade sait que la transition de la rue au circuit commercial n’est pas chose facile.

Eltono (et ici commence ma tentative d’aller plus loin que les deux façons d’écrire que je viens de mentionner) a su induire les principes généraux du travail de rue et les transférer à l’atelier. Il a su trouver, je crois, deux éléments clef du graffiti qui lui permettent de créer de l’art urbain en dehors de la rue. Peut être parce qu’Eltono est français, je me les imagine toujours en des termes français.

En premier lieu, il a extrait et affiné l’idée de contrainte, de restriction propre de l’Oulipo. L’œuvre d’atelier de Blade, comme celle de Seen et Lee et autres légendes du graffiti, a quelque chose de kitsch car elle se limite à utiliser les bombes de peintures sur une toile au lieu d’un wagon et ne sait pas incorporer la façon dont la rue détermine le graffiti, le poids du temps qui est compté, l’interaction avec le public et les intempéries : sa peinture n’est pas œuvre mais reproduction.

En revanche, Eltono a identifié certains éléments du graffiti qui lui permettent de créer en atelier des œuvres de rue : l’aléatoire et l’intervention accélérée du passage du temps, par exemple. Et il le fait, comme il le décrit lui même, de manière quasi scientifique : « j’imagine un protocole, je décide les règles, je les exécute et j’observe les résultats ». C’est à dire, à la manière de Pérec et Queneau.

En deuxième lieu, Eltono a approfondi la racine situationniste du graffiti. Je ne parle pas des banales peintures inspirées des œuvres de Debord et Vaneugem depuis mai 68 jusqu’à aujourd’hui. Je parle de l’approche situationniste, de nouveau quasi scientifique, de la marche à pied et de son usage qu’en fait Eltono, par exemple, pour les travaux développés à Vitoria et Pékin (et au détournement, aussi situationniste : la subversion de la publicité de serruriers et peintres en bâtiment, qui parle aussi de sa connaissance de la rue).

Il est possible qu’il y ai contradiction en soumettant l’artisanat de la flânerie situationniste à la rigueur de la contrainte de l’Oulipo. Mais Eltono résout ce problème par le biais de l’immanence, comme pourrai le dire François Jullien : contrainte et dérive ne s’anéantissent pas mais créent.

*

Oulipo et situationnisme. Je me rappelle aussi que Javier Abarca, dont les écris sur l’œuvre d’Eltono sont brillants, parle de Daniel Buren et Space Invader dans certains d’eux. Peut être qu’Eltono est plus français que ce que nous aimerions penser. Mais il fait partie de nos conversations.

Guillermo López Gallego

Incontrôlables

Instituto Cervantes de Paris
7, Rue Quentin Bauchart, 75008 Paris
12 juin – 4 septembre 2015

eltono-incontrolables-icp

Incontrôlables est une série d’actions expérimentales durant lesquelles l’artiste perd délibérément le contrôle du processus créatif en laissant opérer des facteurs extérieurs qu’il ne maîtrise pas. Le résultat final est imprévisible et l’artiste, se retrouvant en position d’observateur, se laisse surprendre par ses propres créations.

Exposition organisée par Slowtrack (Madrid) et Juan Manuel Bonet.

paris.cervantes.es
slowtracksociety.com

Moulures :

Fasciné par les rencontres de volumes sur les façades des bâtiments, l’artiste relève des motifs de moulures dans la ville dont il ramène les formes négatives à la galerie.

Règles : La moulure à relever doit rencontrer une surface plane. La forme négative obtenue ne doit pas être étudiée à l’avance.

U.V. :

Il est toujours recommandé de bien protéger les œuvres d’art des rayons du soleil. Ici, au contraire, l’artiste exploite l’agressivité des rayons solaires pour réaliser des empreintes.

Règles : Un pochoir est placé sur une feuille de papier peinte en orange fluorescent et le tout est exposé au soleil. Chaque jour, un nouveau papier est exposé pour pouvoir observer la progression. 7 papiers ont été exposés à Albuquerque et 15 à Belvès (France).

G.A.S. (gravures au sol) :

Autour de l’idée d’utiliser la rue comme un atelier, l’artiste a mis au point un système d’impression qui tire profit du passage des voitures pour produire des estampes.

Règles : Le résultat est montré tel quel, même en cas de raté. La date, l’heure et le lieu de l’impression sont notés sur le papier.

RUFO (Rudimentary Unidentified Frictional Object) :

Pour étudier littéralement comment la ville peut altérer une œuvre d’art, l’artiste promène une peinture dans la rue la face peinte tournée vers le sol.

Règles : Peindre une planche et la promener, la face peinte tournée vers le sol, dans les rues de la ville. Le parcours est déterminé à l’avance. L’artiste n’a pas le droit de regarder sous la planche avant la fin du parcours. Le parcours doit décrire une boucle.

8/4 et 5/4 :

Dans un exercice de peinture aléatoire, l’artiste peint 8 lignes composées chacune de 4 points. Les coordonnées de chaque point et la couleur de chaque ligne sont choisies de façon aléatoire.

Règles : Les coordonnées de chaque point sont tirées au sort. Les points sont marqués sur le papier et numérotés de 1 à 4, puis ils sont reliés l’un à l’autre dans l’ordre. Il y a un maximum de 8 couleurs dont l’ordre d’apparition est aussi aléatoire.

Graviers :

Une expérience autour des mouvements dans la ville. Après avoir peint un rectangle sur un sol en graviers, l’artiste observe sa dégradation graduelle jusqu’à sa complète disparition.

Règles : Peindre un rectangle rouge au pochoir et prendre une photo du résultat. Revenir au minimum une fois par jour pour photographier les changements jusqu’à la totale disparition du rectangle.

Merci beaucoup à Slowtrack, Marta Moriarty, Inés Muñozcano, Juan Manuel Bonet, Rafael Schacter, Raquel Caleya et toute l’équipe de l’Instituto Cervantes de Paris.

Photos de Sierra Forest, Rafael Schacter et Eltono.

Mapping The City‬

Désolé, cet article n’est pas encore disponible en français.
En attendant, vous pouvez toujours le lire en English ou en Español.

Somerset House
London, U.K.
Exhibition curated by A by P
22 January – 15 February 2015

www.a-by-p.com
www.somersethouse.org.uk/visual-arts/mapping-the-city

10 Promenades
Acrylic on wood 122 x 100 cm

For Mapping the City, I presented a sculpture made out of the 10 unplanned walks I did in Beijing in late 2013 and early 2014. I wanted to present the routes in a way as random as the walks happened so I decided to hang them from their center of gravity instead of their cardinal orientation.
More info about the Promenades project here: www.eltono.com/projects/promenades

For inquiries about this artwork, please contact A by P here: www.a-by-p.com/more-info/#contact

Biennale Artmossphere

Désolé, cet article n’est pas encore disponible en français.
En attendant, vous pouvez toujours le lire en English.

Moscow, Russia
September 2014

RUFO – Rudimentary Unidentified Frictional Object

I have been doing research around the idea of “creating while walking” for a long time now (see the Promenades Project I did in Beijing: www.eltono.com/en/projects/promenades), my last idea was to register friction during a walk and I came up with the idea of RUFO – RUFO is a typical dog name in French and also the name of a toy dog that was released in the 80´s. I decided the four letters would stand for “Rudimentary Unidentified Frictional Object”.

Basically, I wanted to drag an artwork along a defined path and register the way it decays. I was doing tests around this idea when I was asked to participate in Artmossphere Biennial in Moscow so I decided to do the first RUFO experiment in the street of the Russian capital. I painted 11 wood boards with bold colored graphics and one by one dragged them around the city on different paths I had selected earlier (around the exhibition space, in random neighborhood, around the Red Square, around the hotel…). Each walk was between one and two kilometers, except for RUFO #9 where I walked for 2,5 kilometers and the painting almost disappeared entirely. Having the artwork interacting with the outside was crucial – showing artworks in the state they came out of the studio doesn’t interest me – my idea was to “print” the city onto each board turning them into witnesses of a walk, an experience. On the back of each board I showed the map of the walk and all the data generated (date, time, duration, distance and name of the streets wandered) – note that during the biennial, I showed reproductions of the back of the boards on spare boards for the people to understand better the story.

Pictures by Natalia Solovieva – Thanks to everybody at Artmosspere and to the people from Codered.

Varianti

Désolé, cet article n’est pas encore disponible en français.
En attendant, vous pouvez toujours le lire en English ou en Español.

Ritmo
Via Grotte Bianche 62, Catania, Italy
June 9th – August 31st 2014

MOMO & Eltono

Inspired by the nearby market and particularly its cleaning activity, we designed 6 shapes and made up a device to generate random compositions with them. By shaking the device, we generated and documented hundreds of compositions; 52 were chosen, reproduced as collages and framed.

Video showed during the exhibition:

eltono-momo-varianti10
(Click on the picture to enlarge)

These artworks are for sale through the Ritmo gallery.

Amalgama

Désolé, cet article n’est pas encore disponible en français.
En attendant, vous pouvez toujours le lire en English ou en Español.

Slowtrack
C/ Cañizares 12, Madrid, Spain
March 27 – May 26 2014

First room:
Boîte à Compositions: www.eltono.com/exhibitions/solo/amalgama/boite-a-compositions
Modulo L: www.eltono.com/exhibitions/solo/amalgama/modulo-l
Nebulosas: www.eltono.com/exhibitions/solo/amalgama/nebulosas
Road Prints: www.eltono.com/exhibitions/solo/amalgama/road-prints
Patio:
Armatoste: www.eltono.com/exhibitions/solo/amalgama/armatoste
Second room:
I presented the outcome of 7 walks I did in Beijing for the Promenades project: www.eltono.com/projects/promenades

If you are interested in purchasing any of these pieces, please contact the gallery: www.slowtracksociety.com

Pictures by Eltono and ©Miguel Rosón (www.v15.es)
Thanks LUCE, Esther, Dani and Greta, Nov9 and everybody at Slowtrack.

Wooster Collective 10th Anniversary

Désolé, cet article n’est pas encore disponible en français.
En attendant, vous pouvez toujours le lire en English ou en Español.

Jonathan Levine Gallery
525 W 22nd Street, New York, USA
7 August  – 24 august 2013
Curated by Marc and Sara Schiller

One Minute Before

Since I started painting geometric shapes using masking tape I have always found the moment right before pulling the tape off very interesting. At first, it looks a bit uncontrolled and messy but with a closer look, you can already begin to see an organized structure among the chaos of the tape and paint. Because painting in the street (for obvious reasons) has to be a quick action, this moment where the paint and the tape exist simultaneously is always extremely short. The idea for this new series called “One Minute Before” is to generate a collection of drawings based on the re-creation of this brief moment just before the tape is pulled off and the painting is revealed – a moment that, apart from myself, very few people have ever seen. All the drawings are based on real paintings that exist or have existed in the street, most of them painted illegally.

The first three drawings of this series were created in Beijing in June 2013 using pencil, acrylic and watercolor on paper.

This new series of work was presented to the public for the first time during the Wooster Collective 10th Anniversary Show at the Jonathan Levine Gallery in New York in August of 2013.

To ask about availability and prices of these artworks, please write an email to: artworks@eltono.com